La surveillance exercée par le FMI

le 1 mars 2021

L’une des principales fonctions du FMI est de surveiller le système monétaire international et de suivre les politiques économiques et financières de ses 190 pays membres. Dans le cadre de cette « surveillance » exercée sur le plan mondial, régional et national, le FMI met en lumière les risques éventuels pour la stabilité et recommande les ajustements appropriés, qui sont nécessaires pour soutenir la croissance économique et favoriser la stabilité économique et financière.

Pourquoi le suivi exercé par le FMI est-il important ?

Un suivi vigilant par le FMI est essentiel pour détecter les risques qui pèsent sur la stabilité et la croissance et qui peuvent exiger des mesures correctrices d’ajustement. De plus, la coopération internationale dans ces domaines est primordiale car l’économie est aujourd’hui mondialement intégrée et les problèmes ou les politiques d’un pays peuvent se répercuter sur beaucoup d’autres. Le FMI, qui regroupe la quasi-totalité des pays du monde, peut faciliter cette coopération. Son suivi prend la forme à la fois d’une surveillance bilatérale, axée sur des pays membres particuliers, et d’une surveillance multilatérale, dont la portée est mondiale.

Consultations avec les pays membres

Le FMI exerce généralement son suivi en se rendant une fois par an dans les pays membres. Durant ces missions, les services du FMI s’entretiennent avec des responsables du gouvernement et de la banque centrale sur les risques pesant sur la stabilité intérieure et mondiale, ainsi que sur les mesures et les réformes à entreprendre pour y faire face. Les entretiens portent principalement sur le taux de change et les politiques monétaire, budgétaire, et financière, ainsi que sur les réformes structurelles essentielles sur le plan macroéconomique. En général, les services du FMI rencontrent aussi d’autres parties prenantes, dont des membres du corps législatif et des représentants des milieux d’affaires, des syndicats et de la société civile. Ces entretiens approfondis avec des interlocuteurs très variés permettent de mieux évaluer les politiques économiques et les perspectives de chaque pays.

Une fois leur évaluation achevée, les services du FMI soumettent un rapport à l’examen du Conseil d’administration. L’opinion du Conseil sur ce rapport est ensuite transmise aux autorités nationales, ce qui conclut la procédure dite de consultations au titre de l’article IV. Les activités de surveillance ont gagné en transparence ces dernières années et aujourd’hui, la plupart des pays membres publient un communiqué de presse qui récapitule le rapport des services du FMI et l’analyse connexe, ainsi que les points de vue du Conseil.

Surveillance mondiale

Le FMI suit également les tendances mondiales et régionales et analyse les retombées sur les pays voisins et l’économie mondiale des politiques menées par les États membres. Il publie des rapports périodiques sur ces tendances et ces analyses. Les Perspectives de l’économie mondiale offrent une analyse détaillée de l’état de l’économie mondiale et de ses perspectives de croissance, et traitent de grandes questions telles que les conséquences macroéconomiques des turbulences financières dans le monde, en particulier celles qui pourraient résulter des politiques économiques, monétaires et budgétaires d’économies de premier rang comme les États-Unis, la Chine et la zone euro. Le Rapport sur la stabilité financière dans le monde évalue les marchés des capitaux mondiaux ainsi que les déséquilibres et les facteurs de vulnérabilité financiers pouvant menacer la stabilité financière. Le Moniteur des finances publiques met à jour les projections budgétaires à moyen terme et analyse l’évolution de la situation des finances publiques. Le FMI publie également des rapports sur les Perspectives économiques régionales qui analysent en détail les grandes régions du monde.

Le FMI entretient une étroite relation avec d’autres instances, notamment le Groupe des vingt pays industrialisés et émergents (G 20) ; depuis 2009, il soutient son processus d’évaluation mutuelle destiné à renforcer la coopération économique internationale. Le FMI analyse les politiques que mènent ses pays membres afin de déterminer si elles sont compatibles avec l’objectif d’une croissance mondiale durable et équilibrée. Les Rapports sur le secteur extérieur analysent et évaluent la position extérieure de 29 des plus grandes économies du monde, plus la zone euro. L’analyse évalue systématiquement les comptes courants, les taux de change, les positions du bilan extérieur, les flux de capitaux et les réserves internationales. Deux fois par an, le FMI établit un Plan d’action mondial qui rassemble les conclusions et conseils principaux émanant de divers rapports sur la surveillance multilatérale et propose une voie à suivre pour le FMI et ses pays membres. 

Adapter la surveillance à l’évolution des enjeux mondiaux

Le FMI examine périodiquement ses activités de surveillance pour mieux s’adapter à l’évolution de l’économie mondiale. Témoignant d’une compréhension accrue des implications de l’interdépendance financière des pays, l’examen de 2011 s’est concentré sur la surveillance multilatérale. Cela a jeté les bases de la Décision sur la surveillance intégrée de 2012, qui a précisé que la surveillance exercée par le FMI doit mettre l’accent sur les mesures relatives à la stabilité intérieure et de la balance des paiements des pays membres, ainsi que sur la stabilité systémique. En septembre 2012, le Conseil a entériné une Stratégie de surveillance financière qui proposait des mesures concrètes visant à renforcer les activités de suivi du FMI. L’ensemble de ces réformes a abouti à une refonte du dispositif de surveillance et une mise à jour du cadre juridique.

L’examen triennal de la surveillance de 2014 a soutenu ces réformes, et l’examen intermédiaire de la surveillance de 2018, qui a fait le bilan de la mise en œuvre des recommandations de l’examen triennal, a conclu que le FMI s’était mieux adapté à la conjoncture mondiale en 2014-17. L’examen exhaustif de la surveillance qui se déroule actuellement réfléchit à la manière d’adapter la surveillance au paysage mondial de 2021-30. Il a défini quatre grandes priorités en matière de surveillance pour mieux accompagner les pays membres au cours de cette période : i) faire face aux risques et à l’incertitude ; ii) prévenir et atténuer les effets de contagion ; iii) favoriser la viabilité économique ; iv) adopter une démarche plus unifiée en matière de conseils. L’un des objectifs clés de l’examen exhaustif de la surveillance est d’accroitre l’efficacité des conseils du FMI en harmonisant sa collaboration avec les pays membres avec ces priorités en matière de surveillance.